Abadennou.fr
Auteurs d'ici et d'ailleurs

Site officiel de la poétesse
Silviane Le Menn
En langue bretonne "abadennoù" est le pluriel de "abadenn" qui signifie : affaire, partie (de jeu), séance, représentation (théâtrale), instant, moment.
 
 
 
Silviane Le Menn, webmaster
 
 
 

 

 
 
 

 

 
 
 
 
 
 
Index | Accueil | Liens | Partenaires | Faites un don | Rencontre | Contact
Littérature
 
 
 
 
LA CHANCE ?
 
 
 
Le temps est venu… chaque personne doit se libérer du concept caduc, périmé d’un « Dieu »
Tout Puissant
auquel elle fait allégeance ce qui la dédouane de ses mauvaises actions
et de ses pensées les plus basses. Il est temps que les personnes prennent conscience que, « Dieu » n’existe pas, pas plus que la chance !

Il est temps que les personnes prennent conscience de l’existence de leur propre « entité », de leurs entités secondaires et tertiaires, du pouvoir des « formes pensées » et des « forces pensées » ; il est temps qu’elles méditent et deviennent « adultes autonomes » ; il est temps qu’elles prennent conscience de leur responsabilité individuelle d’être humain ; il est temps qu’elles prennent conscience du concept de réincarnation et des cycles karmiques d’évolution, seul concept de vie logique devant tant d’inégalités, d’injustices, de malchance.
 

Dans le système de société actuel, sans la chance de disposer de suffisamment d’argent
on ne peut vivre en harmonie avec sa personnalité, son entité, ses idées, ses goûts.
Sans
argent, on ne fait rien, on est esclave, on ne profite pas de la vie, on est en rase-motte,
on est pauvre, on n’est ni respecté, ni considéré, voire méprisé ; on est mal nourri, mal logé, mal habillé, mal soigné, démotivé, fatigué.

Bref ! On ne peut être bien dans sa peau, on est limité, on vit à l’économie de manière rétrécie, on est malheureux surtout si on est intelligent et doué de qualités et de talents, on végète, on est bloqué, on est en prison.

La pauvreté n’est pas une vertu comme les religieux catholiques nous l’ont inculqué au catéchisme. Bien au contraire, la pauvreté est une tare, un handicap, une maladie, un élément négatif qui pollue notre vie, notre droit au bonheur, au plaisir.

Mais si la pauvreté est une malchance, elle est aussi une chance car elle doit servir à pousser la personne au delà de ses limitations, c’est-à-dire à évoluer en se remettant en question, en développant ses talents, sa créativité, ses capacités, sa conscience.

« Heureux les pauvres, car ils verront Dieu » ! Cette injonction paradoxale est une hérésie, une énorme mystification, une manipulation, un gros mensonge du fait – principalement – que « Dieu » n’existe pas, scientifiquement parlant. C’est avec ce type d’injonction que l’on fabrique des « obéissants » dénués d’ambition personnelle, des « soumis » : « Si on te frappe sur la joue droite, tend la joue gauche » !

C’est avec ce type d’injonction paradoxale que l’on coupe les ailes aux enfants influençables et qu’on les prive de toute chance d’évolution et de motivation de réussite.

Ce type d’injonction est une barrière aux élans vitaux, aux comportements battants, c’est une manière de conditionner à « l’échec » et au mépris de soi, au dégoût de la vie, au mal-être profond pour ceux qui étaient nés avec un bon potentiel de réalisation !

 

On dénie ainsi à l’individu le droit au libre-arbitre, la liberté de gérer sa vie comme il l’entend en accord avec le plan de son entité qui correspond à sa personnalité profonde ; on le maintient en esclavage mental, esclave des conditionnements psychologiques négatifs, des entités « malchance », entités « non vie ».

C’est un long et  difficile travail sur soi que de se déconditionner psychologiquement et de construire une nouvelle attitude mentale positive et constructive. C’est un long et difficile travail que de créer sa propre « entité chance » lorsqu’elle n’existe pas ou, pire, lorsqu’il a été créé une entité « malchance ».

« Liberté - Égalité - Fraternité ». La devise de la France, est une utopie. Rien n’est plus faux ! La non égalité des chances (selon l’environnement de naissance et les aptitudes innées) est, elle, une réalité et une actualité. Ainsi le manque de liberté des "pauvres", de même que l'inexistence de la fraternité dans notre société individualiste d'ultra compétition, de prédateurs, de profiteurs !

L’être évolué qui, par l'étude, a accès à la connaissance et par intuition, à la connaissance empirique, est en mesure de changer ses conditions natives en travaillant à « transformer le plomb en or », par un lent travail d’alchimie mentale.

La chance n’existe pas, le hasard n’existe pas ! La chance est un Pouvoir qui n'est pas réservé aux nantis, la chance se travaille, se construit, se mérite, la chance est un résultat.
La chance est une entité qui, si elle n’est pas présente naturellement dès la naissance, peut être créée par l’amour de la mère principalement et secondairement par l’amour de la famille et un environnement humain majoritairement positif.

Dans le cas contraire, sans entité « chance » à la naissance ou, pire, dans le cas de création d’entité « malchance » par déficit d’amour ou par haine, il sera indispensable que la personne prenne conscience du processus « entité chance » ou « entité malchance » afin de dissoudre l’entité négative « malchance » et travailler à créer – par concentration et volonté – une entité positive « chance ».

Si elle n’est pas innée, l’entité « chance »entité hyper positive – doit être construite, consolidée, renforcée, densifiée, par une concentration soutenue sur le but, l’ambition, la priorité. L’entité « chance » doit être très puissante pour réussir à « transformer le plomb en or ».

C’est un véritable travail qui exige temps et énergie ! D’abord, méditer, analyser, puis tendre à sortir des illusions du mental en éliminant les rêves et ambitions stériles, irréalisables. Ensuite, tendre à convertir tout rêve réalisable en but prioritaire.
 
Chaque personne doit développer ses dons, ses facultés, sa concentration, son discernement pour édifier son plan de vie selon l’ordre des priorités. Tendre à réussir son épanouissement personnel doit être une nécessité vitale et une priorité absolue.

La vraie réussite ne découle pas d’une chance-hasard pure ou native.

Dans ce cas, la réussite risque d’être fragile, éphémère. La réussite authentique doit résulter d’une chance créée et construite en conscience. La réussite est directement dépendante de l’entité principale et de l’entité chance ; elle est une résultante et permet – ici et maintenant – une vie digne en harmonie avec l’être intérieur, la personnalité profonde, l’entité principale.

Chaque personne doit devenir consciente des cycles karmiques successifs afin de tendre vers le positif, la libération… l’épanouissement personnel… la réalisation de soi, la liberté d’être…

Pour dépasser les conditions défavorables, les handicaps, chacun doit être conscient de l’existence et du pouvoir de son entité afin de collaborer avec elle. Transformer le plomb en or : travail d’alchimiste, dans le secret de l’esprit et de la conscience. Travail porteur de résultat, de réussite. Faire confiance et maintenir le contact avec son entité, ne s’inquiéter de rien, s’occuper de Soi, se recentrer sur le Soi…

Ne jamais oublier que, sur la terre, la personne la plus importante pour soi est soi-même !

Chacun doit intégrer dans sa conscience la notion suivante :

" Tout ce que je ne ferai pas pour moi-même, pour mon accomplissement, mon évolution,
ma réussite, ma chance, ma réalisation personnelle, ma vie, nul ne le fera à ma place ! ".

 

Une forte personnalité, une « vieille âme » a inévitablement des talents, des ambitions
et de grands projets, ceci est normal, il n’y a pas à s’en offusquer ni encore moins à avoir de doutes.

 
C’est être humble que d’accepter d’être plus
que ce que l’on ne paraît ! Contrairement à l’orgueil
de vouloir paraître plus que ce que l’on est.
 
 
 
 
© Silviane Le Menn
Quimper,
le 5 novembre 2007
 
Google
Recherche sur le site www.abadennou.fr (un mot, un nom, une page)
   
  
Dernière mise à jour mercredi 02.07.2014 12:04
© 2004 - 2014 - Tous droits réservés - L’enregistrement, l’impression et la reproduction de textes est autorisée notamment dans un but pédagogique et scolaire sous condition expresse de mentionner le nom de l’auteur et de faire référence au site www.abadennou.fr
© Les droits photographiques appartiennent à leurs auteurs. Reproduction interdite sans autorisation
Photothèque Le Menn, VALDO photos, Quinson et divers.