Abadennou.fr
Auteurs d'ici et d'ailleurs

Site officiel de la poétesse
Silviane Le Menn
En langue bretonne "abadennoù" est le pluriel de "abadenn" qui signifie : affaire, partie (de jeu), séance, représentation (théâtrale), instant, moment.
Silviane Le Menn, webmaster
 
 
 

 

 

Silviane Le Menn

 
 
Index | Accueil | Liens | Partenaires | Faites un don | Rencontre | Contact
Littérature
 
 
 
ÊTRE POÈTE C'EST BIEN,
MAIS CE N'EST PAS ASSEZ !
 
 
Poète
Le poète est un être humain qui a gardé l’innocence de
son âme d’enfant !
Mais les poètes sont aussi des chantres désappointés aux pulsions masochistes et intimistes voués à la non-reconnaissance du grand public et hyper-marginalisés par la beauté fragile de leur âme d’enfant qui n’a d’égale que leur imaginaire - refuge et pathos à la fois. Le poète n’est rien.

Par contre, s’il est capable d’écrire un minimum de deux cent pages de roman d’amour, roman noir, roman historique, policier, science-fiction ou roman à l’eau de rose, il devient alors un poète-écrivain, ce qui est déjà mieux considéré par
le commun des mortels.

 

Si, tel Victor Hugo, il est capable de dessiner, d’écrire des chansons y compris la musique,
une pièce de
théâtre, un conte de fée, un conte philosophique, un scénario de film, une nouvelle… là, le poète basique va se faire valoir, se faire voir et être un jour reconnu (peut-être !!!) comme un génie éclectique, s’il n’est pas déjà mort de faim, de solitude,
de mélancolie ou de désenchantement.

En désespoir de cause, le poète méconnu, frustré, bringuebalé par les éditeurs patentés – parce que la poésie, au 21ème siècle, n’est pas commerciale, tout le monde le sait – se métamorphose en poète-éditeur. Provocateur, il est considéré comme « fou ». Il se démène,
il se fatigue, il s’endette, il s’entête et publie enfin, en toute inconscience, son premier recueil de poèmes qui est censé le sortir du ghetto des anonymes, des quidams. Il constate alors que « tout le monde » est poète et se demande : à quoi sert la poésie en l’an 2004 ?… tandis que
ses huit cartons d’invendus (de trente deux livres chacun, à vingt deux Euros l’exemplaire) dépriment dans le débarras humide attenant au petit garage sombre où il faut obligatoirement « allumer la lumière » pour y voir quelque chose. Le poète médite, rumine et se rassure : « Heureusement, les livres se conserveront en bon état, quelques années, grâce à leur emballage plastique sous vide ! Et puis, comme on dit, ça ne mange pas de pain ! ».

Assurément, publier sa poésie ne sert pas à « gagner sa vie » mais à solliciter de charitables parents et amis, sinon à expérimenter un prédisposition à la ruine, à dépenser ses maigres économies comme on le ferait en achetant un lot de remèdes naturopathiques non remboursés
par la Sécurité Sociale.

À  quoi sert la poésie ?
Et si c’était seulement pour épancher le trop-plein d’un cœur,
d’un esprit en décalage par rapport au monde moderne, civilisé, normosé, aseptisé, déshumanisé, dépoétisé... Quelle mortification pour le poète, l’écrivain du dimanche, l’auteur de chansons
de s’investir à tous les niveaux, y compris et surtout financier, dans une production littéraire
non-conformiste jugée par avance « non rentable » et « non rentabilisable » par les instances de la société de consommation dont le maître-mot « croissance » est invariablement distillé lors des interviews des « P.D.G. golden boys » des grands trusts internationaux, des pontifes
de la mondialisation !

Il y a bien longtemps que le poète est entré dans la « mondialisation »
et même dans « l’universel », mais sans esprit de lucre, sans visée arbitraire
de « croissance » !… hormis la croissance de son esprit, de sa conscience,
de son cœur et de son âme !

 
 
 
© Silviane Le Menn
 
 
Google
Recherche sur le site www.abadennou.fr (un mot, un nom, une page)
   
  
Dernière mise à jour mercredi 02.07.2014 11:58
 
© 2004 - 2014 - Tous droits réservés - L’enregistrement, l’impression et la reproduction de textes est autorisée notamment dans un but pédagogique et scolaire sous condition expresse de mentionner le nom de l’auteur
et de faire référence au site www.abadennou.fr
© Les droits photographiques appartiennent à leurs auteurs.Reproduction interdite sans autorisation
Photothèque Le Menn, VALDO photos, Quinson et divers.