Abadennou.fr

Site officiel de la poétesse
Silviane Le Menn
En langue bretonne "abadennoù" est le pluriel de "abadenn" qui signifie : affaire, partie (de jeu), séance, représentation (théâtrale), instant, moment.
 
 
Silviane Le Menn
Silviane Le Menn, webmaster
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
DOSSIER EUTHANASIE
 
Attention ! Photos choc

Coralie : images choc !

 
 
 
JEAN LEONETTI
ET BIOÉTHIQUE
 
 
LEONETTI, Président catholique du comité
de pilotage chargé de l'organisation des États généraux de la bioéthique en 2009
 
Notre Saint SAUVEUR Jean LEONETTI, député-médecin, ressuscitait les MORTS !
Sa malhonnêteté, ses mensonges, son radicalisme et son égo se cachent sous une complaisante fausse-modestie.

19.12.2008 - LA CROIX -
Le maire d’Antibes et député UMP des Alpes-Maritimes, à l’origine de la loi 2005 sur la fin de vie, vient d’être chargé par Roselyne Bachelot de piloter les États généraux de la bioéthique.
Une tâche à la mesure de ce médecin qui ne cultive ni le doute ni l’écoute d’autrui.
 
 
LOI LEONETTI - VOIE PRIVEE, SANS ISSUE
2008 - MISSION d'évaluation de la LOI n° 2005-370 (dite LOI LEONETTI) du 22 avril 2005 relative aux DROITS des MALADES et à la FIN DE VIE
2013 - NOUVELLE proposition de loi LEONETTI visant à renforcer les DROITS
des patients en FIN de VIE ; une MANOEUVRE politicienne DÉNONCÉE par l'ADMD
SEREINE EUTHANASIE (Poème - Silviane Le Menn - 17 décembre 2012)
 
2007 - LES TOURMENTS DE LEONETTI - "Quand le VISAGE de Chantal SEBIRE sera oublié, le SUJET n'intéressera plus PERSONNE."
 
2013 - Fin de vie : Jean Leonetti prend de court le gouvernement
Le débat sur la fin de vie s'accélère. Le député UMP des Alpes- Maritimes Jean LEONETTI
a décidé de prendre de vitesse le gouvernement en obtenant la discussion au Parlement
le 25 avril
de sa proposition de loi sur la fin de vie. Alors que l'Elysée a annoncé la présentation d'un projet de loi avant fin juin, le député souhaite utiliser une séance réservée
aux textes du groupe UMP à l'Assemblée nationale pour interpeller le gouvernement et connaître les positions des ministres concernés.

Son texte déposé le 27 février contient 2 articles.

Il prévoit notamment que toute personne atteinte en phase terminale d'une affection grave
et incurable est « en droit de demander à son médecin traitant l'administration d'un traitement
à visée sédative, y compris si ce traitement peut avoir un effet secondaire d'abréger la vie 
». 

Concernant le 2° article, il dispose que lorsque les directives anticipées sont rédigées sous la forme d'un projet de soins validé à la fois par le patient et par le médecin, elles s'imposent
à ce dernier. Les directives anticipées, qui n'ont pas d'effet contraignant en cas d'urgence vitale immédiate et dans un contexte de pathologie psychiatrique, devront être toutefois « insérées dans le dossier médical du patient et sa carte Vitale », précise le texte. 

LEONETTI pour un DROIT à la sédation
Le député UMP Jean Leonetti a déposé à l’Assemblée nationale
le 27 février 2013
une proposition de loi « visant à renforcer les droits
des patients en fin de vie
 », avec notamment l’introduction d’un droit
du malade à demander une sédation en phase terminale.

Le Code de la santé serait complété par le paragraphe suivant :
« Toute personne en état d’exprimer sa volonté et atteinte en phase terminale d’une affection grave et incurable, dont les traitements et les soins palliatifs ne suffisent plus à soulager la douleur physique ou la souffrance psychique, est en droit de demander à son médecin traitant l’administration d’un traitement à visée sédative, y compris si ce traitement peut avoir pour effet secondaire d’abréger la vie selon les règles définies à l’article L. 1110-5. La mise en oeuvre
du traitement sédatif est décidée de manière collégiale. La demande formulée par le malade
et les conclusions de la réunion collégiale sont inscrits dans le dossier médical.
»

La proposition de sédation existant déjà dans la pratique médicale en fin de vie, on peut s’interroger sur les intentions d’une nouvelle loi. S’agit-il de préciser le cadre de cette pratique ou d’aller plus loin… ?

Jean LEONETTI : « Sur l’euthanasie, il faut sortir de l’ambiguïté »
Le débat sur la fin de vie va rebondir jeudi prochain avec la discussion à l’Assemblée d’une nouvelle proposition de loi du député-maire d’Antibes. Le père de la loi de 2005 entend
à la fois corriger certaines imperfections de la législation et obliger le gouvernement
à préciser ses intentions sur l’euthanasie. Il s’explique.
 
Biographie de Jean LEONETTI

Jean LEONETTI est né à Marseille, le 9 juillet 1948.
Médecin cardiologue de formation, il entame rapidement une carrière politique, d'abord au sein de l'UDF, puis auprès de l'UMP, dont il a été le premier vice-président à l'Assemblée nationale.
Appartenant au Parti radical valoisien, il fait partie du groupe UMP
à l’assemblée nationale. Il s’est principalement illustré au travers du débat sur la fin de vie.

Jean LEONETTI
, très concerné par les questions d'éthique médicale, s'est beaucoup investi dans la mission parlementaire sur l'accompagnement de la fin de vie en 2004, qui lui a été confiée
par Jacques CHIRAC, à la suite de l'affaire Vincent HUMBERT.
Il est député des Alpes-Maritimes depuis 1997, il occupe les fonctions de Maire d’Antibes
et a été ministre chargé des Affaires européennes de juin 2011 à mai 2012.

Actualité des élus radicaux
M Jean LEONETTI, député UMP radical des Alpes Maritimes, premier vice-président du groupe UMP de l'Assemblée Nationale, présidera le comité de pilotage chargé de l'organisation des États généraux de la bioéthique.
La ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, Mme Roselyne BACHELOT, a présenté au Conseil des Ministres un décret instituant un comité de pilotage des États généraux de la bioéthique.

La révision de la loi relative à la bioéthique du 6 août 2004 est en effet prévue au terme d'un délai de cinq ans. Dans cette perspective, le président de la République, M Nicolas Sarkozy, a souhaité que des États généraux de la bioéthique soient organisés afin de "permettre à toutes les sensibilités de s'exprimer et aux citoyens d'être pleinement associés à l'examen de sujets qui engagent la condition humaine et les valeurs essentielles sur lesquelles est bâtie notre société".
 
Un comité de pilotage, placé auprès de la ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative, sera chargé de l'organisation de ces États généraux. Ce Comité déterminera une méthode de travail. (...).
 
M Jean LEONETTI a été CHOISI par le Président de la république pour en assurer la Présidence.
 
Jean LEONETTI avait déjà été nommé en juillet dernier rapporteur d'une mission d'information parlementaire pour la révision des lois bioéthiques.
 
Le comité de pilotage rendra le bilan de ses travaux au président de la république à la fin du mois de juin prochain. Les États généraux de la bioéthique se dérouleront au cours du premier semestre 2009.

 BQ du 27 novembre 2008

Jean Léonetti, député-maire d’Antibes
Vice-président du
Bureau National du Parti Républicain Radical (Valoisien)

Le Parti Républicain Radical et Radical-Socialiste, dit "Parti Radical" est né le 21/23 Juin 1901 (Congrès de Paris). Il est le plus ancien Parti politique français.

Le PARTI RADICAL a donné 31 Chefs de Gouvernement , des centaines de ministres et secrétaires d’Etat, des milliers de députés et sénateurs.

Parti de valeurs et de convictions, le Parti Radical est à l’initiative des lois sur les associations et sur la laïcité dont il célébra en 2005 le centenaire.
Il a toujours été présent lors des événements majeurs qui ont fait l’Histoire : en 14-18 avec Clémenceau, dans l’entre-deux guerres avec Herriot, lors de la décolonisation avec Mendès-France, au moment de la modernisation de la France dans les années 60 et 70.

Membre fondateur de l’UDF en 1978, il participe à tous les gouvernements de la droite républicaine (1986, 1993, 1995 et 2002). Il a officiellement accordé son soutien à la candidature de Jacques Chirac dès le premier tour des élections présidentielles en 2002.

Depuis le 17 novembre 2002, il est membre associé de l’UMP et demeure en tant que tel, parti politique de plein exercice.

 
 
 
Étymologie du mot "euthanasie" : du grec, eu, bien, et thanatos, mort.

Euthanasie signifie « bonne mort » ou « belle mort ». Dans l'Antiquité, cet adjectif était utilisé pour qualifier une « mort réussie ». L’euthanasie consiste dans le fait de procurer une mort douce, sans souffrance, à des malades qui subissent d’atroces douleurs, atteints d'une maladie incurable ou qui sont en état d'agonie.

Selon le dictionnaire Larousse : Doctrine selon laquelle il est licite d’abréger la vie d’un malade incurable pour mettre fin à ses souffrances.

Le terme « euthanasie » a gardé une sinistre connotation à cause du prédateur fou Adolf Hitler
et des assassins nazis qui, pour camoufler leurs actes criminels et se justifier, parlaient de
« mesures euthanasiques » ! Ne mélangeons pas tout !

La plus large tolérance dans la plus stricte indépendance !
 
 
 
© Silviane Le Menn
 
 
Google
Recherche sur le site www.abadennou.fr (un mot, un nom, une page)
   
  
Dernière mise à jour lundi 04.09.2017 11:37
 
© 2004 - 2017 - Tous droits réservés - L’enregistrement, l’impression et la reproduction de textes est autorisée notamment dans un but pédagogique et scolaire sous condition expresse de mentionner le nom de l’auteur
et de faire référence au site www.abadennou.fr
© Les droits photographiques appartiennent à leurs auteurs.Reproduction interdite sans autorisation -
Photothèque Le Menn, VALDO photos, Quinson et divers.