Abadennou.fr
Auteurs d'ici et d'ailleurs

Site officiel de la poétesse
Silviane Le Menn
En langue bretonne "abadennoù" est le pluriel de "abadenn" qui signifie : affaire, partie (de jeu), séance, représentation (théâtrale), instant, moment.

 

 
Silviane Le Menn
Silviane Le Menn, webmaster
 
 
 
 
 
 
OCCASIONS
 
 
 
 
 
 
QUI SUIS-JE ?
 
 
 









Ophélie dans le ruisseau















Clé d'or à double corps







 



Arbre de vie

Qui suis-je ?
Voyelle insaisissable, abstraite

Je ne compte pour personne
nombre, consonne

Suis-je l'aspect positif des choses refusées ?
Suis-je l'évanescence personnifiée, éventée ?
Suis-je l'insaisissable bifurcation jamais empruntée
chemin détourné dans les pistes de sable ?

Suis-je l'Ophélie de ma folie ?
Cueillera, cueillera pas, qui cueille et puis se noie
Suis-je l'ustensile qui ne s'use que si l'on s'en sert
famélique muse, ni menu, ni dessert

Et la rivière fuit comme assourdie
dentelettes d'oubli en robe d'organdi

Le port s'éloigne comme en témoigne
le lit qui court aveugle et sourd

Le cœur s'envole, profiterole
et cœur baba, encore une fois

Le ver est dans le fruit et la pomme se pourrit
l'escalier fou branlant et le couteau tranchant

C'est ça la vie, bonjour l'oubli
partis l'amour, l'ami, suivant leur fantaisie
La vie, comme un ruisseau

Coeur bouclé, à double clé
Négations, haïr, interrogations
souvenirs, affirmations, reconstruire

Clé d'or à double corps
Rêves à éclore, rêves trésor
Côté cour, fou d'amour
Côté jardin, violons câlins
bouches miel et septième ciel

Mais coeur s'envole, profiterole
et coeur baba encore une fois

Pourtant, pourtant, écoute-moi un instant
A demi-mot, je te dirai l'amour
pas un mot de trop dans la lueur du jour
A demi-mot, que tu ne t'enfuies pas
par peur des mots, flasques et gras
des mots légers, juste équarris
des mots floqués pour que tu ries

A demi-mot, sur l'oreiller de la nuit
en chapelet d'harmonie
mots se suivent et ne se ressemblent pas
de la vie jusqu'au trépas

A demi-mot, à petits pas
je conduirai l'amour chez toi

La paix de l'arbre, alors, pénètrera en toi
à le regarder, si près de ta fenêtre
neuf de printemps après le triste hiver
comme toi, comme moi
lumière de la vie, magique revenue
éternel renouveau
majesté de l'arbre grand, symbole des forces profondes
flambeau géant du monde, espoir vivant de renaissance

La vie vaincra, l'amour vivra
la vie c'est ça, l'amour en toi

© Silviane Le Menn
Paris, le 20 mai 1984


 
 
Voir la page de l'auteur
 
 
 
Google
Recherche sur le site www.abadennou.fr (un mot, un nom, une page)
   
  
Dernière mise à jour jeudi 03.07.2014 14:57
 
© 2004 - 2014 - Tous droits réservés - L’enregistrement, l’impression et la reproduction de textes est autorisée notamment dans un but pédagogique et scolaire sous condition expresse de mentionner le nom de l’auteur et
de faire référence au site www.abadennou.fr
© Les droits photographiques appartiennent à leurs auteurs.Reproduction interdite sans autorisation
Photothèque Le Menn, VALDO photos, Quinson et divers.